souvenirs, souvenirs

Publié le par Ny Marina

Quand on étudie un petit peu l’histoire de Madagascar, on voit bien que ce n’est pas une histoire répétitive et que, comme le pensait la colonisation, les Malgaches n’auraient su que refaire ce qu’avaient fait les ancêtres. Il y a eu beaucoup d’innovations dans le passé et les ancêtres ont souvent su changer d’habitudes.

A titre d’exemple, je ne prendrai qu’un exemple qui tient à nos habitudes alimentaires dont nous savons bien qu’il est difficile de les changer. Pendant longtemps, quand on ne trouvait en France ni manioc ni totomboanjo, les étudiants qui y repartaient après des vacances au pays, en avaient dans leurs valises. L’on emportait aussi du ravintoto qui apparaissait comme un mets typiquement malgache. Or, ni Andriandahifotsy dans le Menabe au 17e siècle, ni Andriamasinavalona en Imerina encore au début du 18e siècle, ni leurs sujets sakalava ou merina, ni les autres Malgaches n’ont jamais mangé de ravintoto. Ce n’est pas que le plat leur eût été fady, mais simplement parce que le manioc, plante américaine, n’avait pas encore été introduit à Madagascar.

L’on sait donc inventer et accepter l’innovation, mais l’on ne néglige pas aussi de prendre dans le passé des exemples, maka tahaka. Et je me demande s'il n’y a pas dans le passé récent ce qui pourrait être un modèle et expliquerait les événements actuels.

Il y a un peu moins de vingt ans, Madagascar préparait la tenue à Antananarivo d’un sommet de l’Organisation de l’Unité Africaine à la fin duquel le chef de l’Etat malgache devait devenir Président de l’OUA. Or, il y eut des rassemblements à Analakely et des « événements », notamment cette marche sur Iavoloha de sinistre mémoire. Le sommet africain fut transféré à Durban et, à sa grande consternation, le chef de l’Etat malgache ne devint pas Président de l’OUA.

Aujourd’hui, Madagascar prépare le sommet prévu de l’OUA qui, par les aides et investissements qu’il nécessite, doit contribuer au développement durable du pays et devrait avoir les mêmes conséquences politiques que celui d’il y a une vingtaine d’années. Les événements actuels n’ont-ils pas pour but de provoquer son report vers un autre pays ? Et d’éviter que l’actuel chef de l’Etat malgache ne devienne pour un an le Président de l’Afrique ? Qui, des grands et des petits, seraient heureux de ce résultat ?

 

 

Ratsimatahobitsika

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

vahiny 01/02/2009 06:07

dimanche 1er février

je viens de découvrir ce matin ce site et j'ai lu avec grand intérêt vos deux interventions
si vous le permettez je vais l'imprimer et le proposer comme sujet de réflexion à mes élèves

continuez à écrire