vu sur topmada.com ce jour & réflexion

Publié le par Ny Marina

> 23:00 - Interrogé par CNN, Rodney Ford, un porte-parole de l’Ambassade des Etats-Unis à Madagascar, a déclaré que son pays a oeuvré jusqu’au bout pour le dialogue et pense que “personne ne voulait la violence”. Il a aussi ajouté avoir reçu des rapports comme quoi la garde présidentielle a jeté des gaz lacrymogènes et tiré des coups de sommation pour disperser la foule.
> 18:50 - L’hôpital HJRA appelle aux dons de sang.
> 18:40 - L’Ambassade de France a appelé tous ses ressortissants, et leur a fortement conseillé de ne pas quitter leur domicile. La situation est considérée comme “extrêmement préoccupante”, et des mesures vont êtes prises pour garantir la sécurité des expatriés.
> 18:00 - L’hôtel du Louvre dément la présence de mercenaires, la prise d’otages, et la présence de militaires sur leur toit comme annoncées préalablement par la radio VIVA.


Faute d'avoir une connexion satisfaisante durant le week-end, nous ne pouvons mettre à jour le blog que de façon très irrégulière.
Tentons de résumer les faits marquants de ces derniers jours.
TGV persiste et signe, avec une technique bien rodée qui consiste à envoyer une foule de gens ignare, irresponsable, dont la préoccupation est loin du monde politique et de construction nationale. Le principe est vieux comme le monde. Pauvres martyres dont les vies pèsent bien peu pour le pantin des very seza (ceux qui ont perdu leur fauteuil).
Ravalomanana, de son côté, ne veut pas verser dans la violence, pensant sans doute que les affaires pourraient se règler en gentlemen agrement. Ou alors il a mis au niveau du pays une notion de sacrifice qui, si c'est en affaire est un choix audacieux mais personnel, mais qui mis au niveau d'un pays tes plus que téméraire. Déjà deux personnes n'ont pas forcément la même vision des choses, à plus forte raison une personne et un groupe.

Résultat : forcing stupide et assassin qui plus est dans une zone interdite où les choses se règlent à la dure. Tout à fait normal sinon l'Etat ne serait pas un Etat. Et qui plus est encore une fois, avec l'absence très remarquable du meneur de jeu.

Constat : des morts. Encore. Des pillages. Encore. Des actes orchestrés à dessein. Encore.

Alors, d'accord avec le désir des uns et des autres (qu'y peut-on?), d'accord pour que la majorité silencieuse aspire au calme (hep!! il faut mériter et pas seulement espérer, sinon on est pareil aux autres : on attend que ça tombe tout seul). Mais pas d'accord pour qu'on foute tout en l'air, car quoiqu'on dise, il y a eu réellement amélioration à Madagascar.

Au stade où ça en est, il est difficile de voir comment le gouvernement actuel peut continuer, à moins d'une introspection sans concession et une rectification plus qu'urgente. Encore plus difficile d'admettre que certains se mettent à la grande table de la distribution nationale.
Alors qui va-t-on mettre ? Serons-nous assez éclairés pour faire le bon choix ? Serons-nous assez stratèges et fin politiques pour ne pas verser dans la croyance aveugle ? Saurons-nous nous garder de céder à la force de charisme de certains ? En tous cas, n'oublions pas que la prière ne résoud pas tout. C'est dit volontairement car il y en a qui vont être tentés de se servir de la force du nombre pour transformer une action technique (c'est ce dont nous avons besoin actuellement pour avoir le moins de perte possible) en acte de foi, brèche trop facile vers une forme d'extrémisme religieux qui est déjà bien ancré dans la vie malgache, et qui n'attend qu'une occasion pour pourrir encore plus le pays en endormant le peuple. Même principe que la clé du paradis pour certains.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article