Polémique sur la composition du conseil des “sages”

Publié le par Ny Marina

13 mai 2009

 

 

A la demande du Groupe International de Contact (GIC), un conseil de “sages” a été formé.

Ce conseil a été réclamé par les diplomates étrangers pour trouver une issue durable et consensuelle à la crise, et s’est déjà réuni sous l’égide des Nations Unies. Beaucoup s’interrogent néanmoins sur la composition de ce conseil. En effet ses membres sont très bien connus de la sphère politique mais surtout de par leur position politique. Voici les quatre « Raiamandreny » qui composent ce conseil :

o Mgr Odon Razanakolona, président du FFKM, le conseil des églises chrétiennes à Madagascar. Il a déjà participé aux négociations infructueuses entre Ravalomanana et Rajoelina avant la prise de pouvoir du régime militaire de la HAT. Ses prises de position très critiques contre Ravalomanana ont créé la polémique sur sa neutralité, et son silence assourdissant suite aux répressions des manifestations légalistes (partisans de Ravalomanana et opposants à Rajoelina) par les militaires a plus que ravivé le débat.

o M. Albert Zafy, ancien président de la République et membre du Comité de Réconciliation Nationale (CRN). Il n’a jamais digéré la prise de pouvoir de Ravalomanana en 2002 au point d’être très récalcitrant à utiliser le titre de “président” pour qualifier ce dernier. Depuis le professeur Zafy demande une vraie réconciliation nationale pour trouver une issue durable à la crise.

o M. Richard Andriamanjato, très influent dinosaure politique, farouche opposant à Marc Ravalomanana. Son fils, Ny Hasina Andriamanjato, n’est ni plus ni moins que le ministre des affaires étrangères de la HAT.

o M. Norbert Lala Ratsirahonana, lui aussi dinosaure politique, habitué des renversements de situation politique. Président par intérim après la destitution d’Albert Zafy, conseiller de Ravalomanana en 2002 puis farouche opposant de ce dernier en 2009, M. Ratsirahonana multiplie les étiquettes et les vestes d’après les observateurs. Il a conseillé Andry Rajoelina dans sa prise de pouvoir et défend corps et âmes la nécessité d’une sortie “extraconstitutionnelle” à cette crise comme pour les précédentes. Les observateurs politiques lui reprochent d’ailleurs de vouloir toujours utiliser les mêmes remèdes et “rafistolages” inefficaces d’antan alors qu’ils sont à la racine même de la crise politique actuelle.

La composition de ce conseil de proclamés “sages” ou plus exactement de vétérans de la politique laisse donc à désirer. Le GIC a-t-il avalisé la composition de ce conseil ? Qu’en est-il des politiciens proches de Ravalomanana ? Rappelons que la GIC a demandé la constitution d’un conseil de sages pour parvenir à une solution consensuelle, or aucun membre de la société civile, aucun membre d’un parti véritablement neutre n’en font partie. En effet, pourquoi prendre des personnes à la fois juges et parties. Les dés sont-ils pipés d’avance ? Enfin, il est étonnant de reprendre les mêmes remèdes et têtes du passé pour résoudre les crises d’aujourd’hui, alors que des solutions nouvelles doivent être trouvées afin d’en finir une bonne fois pour toute avec ce cycle infernal de luttes politiques.

Il ne faut pas alors s’étonner que l’histoire se répète sans cesse.

Commenter cet article