suite de brèves

Publié le par Ny Marina

Le 13 juin 2009

 

SUITE DE BRÈVES

 

C’était hier vendredi 12 que l’Ambassade russe célébrait sa fête nationale avec comme d’habitude de nombreux invités, des petits verres de vodka, du caviar et bien d’autres bonnes choses. Qu’allait dire l’Ambassadeur russe dans son discours ? Le représentant de la Hat allait-il prendre la parole ? Il y avait beaucoup de monde dont beaucoup d’anciens ministres, mais pas d’officiels Hâtifs au début de la réunion. L’Ambassadeur russe, sans faire de discours, invita chacun au buffet. Ce que firent tous ses invités présents. Ce n’est qu’au bout d’un certain temps que Ny Hasina Andriamanjato arriva. Etait-ce l’usage du nouveau protocole Hâtif qui, comme nous l’avons déjà vu, souhaite que ses membres arrivent en retard ?

De toute évidence, non. Voulant éviter l’humiliation de ne pas pouvoir prendre la parole, les représentants Hâtifs s’étaient entendus pour éviter de se retrouver, comme à l’Union Européenne, en position d’accusés – en situation de liberté provisoire mais présumés coupables. Le programme avait peut-être été concocté de façon diplomatique. Toujours est-il que les Ambassadeurs de Thaïlande et d’Indonésie, qui étaient venus honorer leur hôte de leur présence, s’étaient éclipsés dix minutes plus tard et avant l’arrivée de Ny Hasina, en en ayant fait connaître la raison à leurs amis. De ce point de vue-là, les choses sont claires.

Les personnes présentes, dans un vaste local avec de nombreuses pièces, ont permis un ballet savant des personnalités – une chorégraphie qui permettait à chacun d’éviter de faire des rencontres indésirables, mais qui auraient pu être mal interprétées. Un « ministre » et très proche de Rajoelina essayait de recruter de nouveaux collègues. Il ne semble pas qu’il ait fait une bonne récolte. Il est bien à plaindre. Décidément, le corps diplomatique ne sait pas reconnaître les tombeurs de Ravalomanana.

*

Autre bonne nouvelle, notre armée va recevoir des uniformes neufs pour le 26 juin. Elle en avait bien besoin à défaut des augmentations de solde qu’elle espère ou qu’on lui a fait espérer, mais qui tardent. Les nouveaux vêtements tiendront-ils leur rôle dans la restauration de l’unité des militaires et celle de la hiérarchie ? Etant donné l’état de nos finances, chacun se demande quel est le généreux donateur ou contributeur, mais chacun a aussi son idée. Stéphane Gompertz, qui aime tant notre armée et voudrait tant qu’elle retrouve son rôle national, n’a pas levé le voile. Il n’a pas dit un mot non plus sur les militaires – bien soldés quant à eux – du général Barbe-Blanche, les anciens et les nouveaux recrutés depuis peu. Vont-ils eux aussi bénéficier des cadeaux du généreux donateur et être doté de beaux uniformes ? Défileront-ils eux aussi à Mahamasina ? Dans les circonstances actuelles, ce sont des questions existentielles pour nos heureux miliciens d’Andoharanofotsy. En cette période de crise économique, on ne se plaindra pas que la cellule tactique crée des emplois.

Barbe-Blanche a accompagné Rajoelina au port de Toamasina pour discuter avec les grévistes. Etant donné ses qualités de négociateurs à la kalach, était-ce pour faire rentrer nos douaniers dans le rang ? Je ne saurais répondre à cette autre question existentielle.

*

Une nouvelle organisation se met en place, la Panec ou Plate-forme des Acteurs Non Etatiques Catholiques. Elle veut être une nouvelle organisation de la société civile réunissant les citoyens de religion catholique et rassemblant les associations catholiques. La présentation publique de la Panec était présidée par le fameux personnage mitré d’Antananarivo, qui rappelait que l’idée en remontait au synode diocésain du 28 octobre au 2 novembre 2008, c’est-à-dire à l’époque où s’organisait le mouvement radzouëlien qui mit au point le coup d’Etat.

Que sa présidente soit Yvette Sylla indique suffisamment son orientation politique – est-ce clair avec un archevêque dont on sait suffisamment le rôle joué pendant les événements et notamment le 17 mars –, même si l’association doit « réfléchir sur les services publics et la stabilité politique». Les observateurs pensent qu’elle va doubler la Ffkm et la Fefafi et que Jacques Sylla et Odon Razanakolona mettent au point « leur second plan d’attaque », comme l’écrit un journaliste indépendant. Cela se ferait indépendamment de Madeleine Ramaholimihaso dont tout le monde sait qu’elle a depuis fort longtemps une charge de conseillère au Saint-Siège où elle est très écoutée. Décidément, les catholiques sont très divisés et contribuent avec la Panec à augmenter la division de la société civile. A moins que l’on ne puisse plus parler de société civile au singulier, mais qu’il fasse le faire au pluriel : les sociétés civiles. Et mieux encore les sociétés civiles et confessionnelles.

Ce faisant, tout se passe comme si, derrière le camarade Odon fort du soutien du Vatican, les catholiques se retiraient déjà de la Ffkm qu’ils laisseraient mourir de sa belle mort. L’œcuménisme à Rome comme à Antananarivo commence son alzheimer.

*

Il y a quelques temps, un éditorial de Sobika se demandait si notre classe politique n’était pas incestueuse. Nous avons déjà vu que Mgr Odon ne devait pas être mécontent d’avoir obtenu la libération de deux de ses neveux en vacances à Tsiafahy depuis des années. Vu également que Ravalomanana avait autorisé l’un de ses cousins germains à abandonner l’hospitalité que lui offrait l’administration pénitentiaire pour aller se soigner en France.

Je voudrais ici reprendre les informations que Lantosoa Razafimahaleo. « J'ai vécu, dit-elle, dans ma chair, au sein même de mon foyer, la crise politique ». Lantosoa Razafimahaleo, veuve d’Herizo Razafimahaleo, fondateur et président du Leader Fanilo, a confié à L’Express de Madagascar qu’elle était la nièce de Lala Rasendrahasina et la tante de Mialy Razakandisa, femme de Rajoelina. Elle est évidemment la belle-sœur de Benja Razafimahaleo, « ministre » de l’économie de la Hat, mais aussi la conseillère spéciale d’Andry Rajoelina  et, à ce titre, participe aux négociations du Carlton.

*

Enfin, je dois signaler deux défections dans le conte des événements actuels. D’abord une défection partielle, celle de Topmada.com qui, depuis le 2 juin, ne nous fournit plus lui-même des informations mais se contente de renvoyer à des textes publiés sur d’autres sites.

Et une défection plus longue, celle d’Alain Rajaonarivony dont le blog était référencé sur Sobika.com. Rajaonarivony a suivi la crise de très près avec des informations bonnes mais souvent choisies. Son parti pris pour Rajoelina avait pu faire penser à certains que, comme d’autres journalistes, il faisait partie du personnel stipendié par les organisateurs du coup d’Etat. Il s’en est défendu et dans ses textes a semblé par la suite prendre ses distances avec le mouvement tgviste. Mais voilà que maintenant il se tait depuis le 22 mai avec un dernier texte : Les voyages forment la jeunesse. Serait-il parti en voyage pour se former ou bien, ce que certains continuent à penser, son contrat aurait-il expiré ? Nous attendons une carte postale qui nous donne de ses nouvelles de Tahiti, de Patagascar ou de Madagonie.

*

 

Commenter cet article