sur le forum de sobika.com : Le président du TGV-Europe avoue la méthode mafieuse de HAT

Publié le par Ny Marina

TGV-Europe avoue
Invité





Le président du TGV-Europe avoue la méthode mafieuse de HAT
Message Posté le: Ven Juil 24, 2009 10:19
Répondre en citant

Le président du TGV-Europe avoue la méthode mafieuse de la HAT
politique juillet 23rd, 2009


Je reçois beaucoup d’informations concernant la méthode très douteuse avec laquelle les membres de la HAT, en commençant par son président Andry Rajoelina lui-même, survit, faute de financement « normal » nécessaire à la conduite de la période de transition. Disons le tout net : La HAT ne vit que du racket, de pillage, de financement extérieur douteux et de la rapine. Rija Rajoelina, le président de TGV-Europe en personne l’avoue publiquement.


Ne voulant pas (pas encore) dévoiler dès maintenant toutes les preuves que je possède (j’attend le moment opportun), il a fallu que je tombe sur l’interview de « Rija Rajoelina » (qui n’est pas de la même famille de Andry TGV mais qui porte juste un homonyme) pour que je décide de livrer quelques bribes d’informations quant à la méthode mafieuse de la HAT.

Dans son interview, je décèle surtout deux choses très importantes : (1) L’incohérence flagrante de ses propos, ce qui trahit les mensonges qu’il cherche à cacher ;

et (2) Une tentative, pour la HAT, de monopoliser, afin de mieux piller, la nouvelle mine de « grenat » découverte récemment dans la localité d’Ambanja. Le tout forme, en somme, un aveu quant à la méthode douteuse de la HAT.

1. L’incohérence flagrante qui trahit ses mensonges :

Rija Rajoelina ment lorsqu’il déok les incantations verbeuses liées aux « valeurs » dont il n’en a cure. Dans sa façon de « citer » les grands principes, on sent qu’il ne fait qu’une récitation dénuée absolument de sincérité. Je cite quelques exemples : « Mais vous savez, nous sommes là pour redresser le pays, pour amener une nouvelle politique avec le respect de la démocratie, de l’éthique politique, de droit de l’homme et de l’Etat de droit. » ou encore « Le PHAT et son équipe croient à l’enrichissement mutuel des personnes, des peuples, des pays qui se donnent la main pour progresser ensemble. », voire « Nous, TGVE, condamnons toutes formes de violences qu’elle qu’en soit la forme, cependant nous sommes ouverts au dialogue afin de retrouver la paix sociale et la valeur traditionnelle malagasy qu’est le Fihavanana. ».

Ces « incantations verbeuses » n’ont qu’un seul objectif : « Masquer », ou “noyer” dans les lignes l’aveu de Rija Rajoelina qui sont : (1) « Des articles parus en Juillet 2007 parlent d’un enlèvement, d’un kidnapping des proches de l’ancien Maire de la Capitale. » ; (2) « maintenant on parle d’usurpation de titre et de fonction, de faux et usages de faux, d’usurpation de nom, de raquettage » ; (3) « Vous savez le Ministre m’a demandé d’être son Dircab en pensant que je pourrais peut être cautionné certains actes de malversations d’une équipe bien rodée. » ; (4) « nous avons pu constaté plusieurs irrégularités au sein de l’équipe sur place pour la gestion de cette manne d’Antsahanandriana, à savoir : la protection et la sécurité de la population, les redevances prises par les autorités locales, le raquettage des petits exploitants miniers, l’absence de contrôle des étrangers (exploitants, acheteurs – exportateurs,…), l’abus de pouvoir de certaines personnes, l’absence d’enquête environnementale et ses conséquences dû à l’exploitation. » Etc.

Au vu de toutes ces infractions graves constatées par (voire reprochées à) Rija Rajoelina, jamais celui-ci n’a daigné les porter à la justice de son pays surtout si on croit à sa belle parole lorsqu’il dit, par exemple, « Nous sommes convaincus que le pays a besoin des sang neufs, des jeunes capables de diriger et de mener à bien la nouvelle politique qu’a prôné le PHAT afin que chaque malgache retrouve sa dignité, sa valeur et sa raison de vivre » (sic).

Au contraire, comme il le dit « Dans des moments pareils, il faut savoir prendre un peu de recul sans pour autant oublier la mission principale qu’est la mise en place d’un Etat de droit, démocratique et libre. Je ne pense pas que ce soit une faiblesse, vous savez le silence est d’or. ». Drôle de conception alors de ce qu’est un « Etat de droit » lorsqu’en constatant des irrégularités flagrantes, on ne porte pas plainte mais on préfère « se taire » tout simplement parce que « le silence paraît-il est d’or » dans ce moment pareil ».

Non ! La réalité est tout autre. Ce Rija Rajoelina, président de TGV-Europe est victime d’un règlement de compte entre mafia au sein de laquelle il opère, lui aussi. D’ailleurs il avoue qu’au sein de la HAT, les méthodes mafieuses, le racket sont un sport national : « nous avons pu constaté plusieurs irrégularités au sein de l’équipe sur place pour la gestion de cette manne d’Antsahanandriana, à savoir : la protection et la sécurité de la population, les redevances prises par les autorités locales, le raquettage des petits exploitants miniers, l’absence de contrôle des étrangers (exploitants, acheteurs – exportateurs,…), l’abus de pouvoir de certaines personnes, l’absence d’enquête environnementale et ses conséquences dû à l’exploitation…au fil des jours, certaines personnes trouvent leurs propres intérêts menacés voire inquiétés car une manne financière se profile, l’argent facile arrive. Donc ils ont décidé de braquer sur moi leurs armes… ». Si ce n’est pas un aveu ce serait quoi?

2. La HAT fait la main basse sur la mine de « grenat » d’Ambanja :

Rija Rajoelina avoue également que la HAT fait la main basse sur la richesse minière récemment découverte à Ambanja. Il avoue, par ricochet, que l’Etat de droit qu’il répète comme un perroquet est vide et creux pour la HAT. Tout ce qui intéresse tout ce monde n’est qu’une chose : Se remplir coûte que coûte leur poche d’affamé voleur.

Rija Rajoelina a beau se laver la tête avec des savons à récurer, cela ne changera en rien. Sa saleté, « la saleté » de la HAT est indélébile.

Je rajoute “quatre exemples” pour compléter le tableau pour dire que cette gouvernance cannibale de Andry Rajoelina et consorts ne vit qu’à travers de la rapine, du racket en tout genre et de la corruption fétide : (1) Un ministre bien connu vend « des postes » à l’étranger pour une somme de 33 millions d’ariary (soit environ 13.000€) pièce.

(2) Le bois de roses dans la région de SAVA fait l’objet d’une rapine organisée par le haut sommet de la HAT. « L’affaire » se négocie à 10.000.000 d’ariary (soit 4.500€) le conteneur de bois de rose . Pire, aucun « intermédiaire » n’est toléré. L’échange se fait directement entre les opérateurs économiques locaux (détenteurs des titres d’exploitation de bois de rose délivrés par le ministère) et les responsables suprêmes de la HAT.

(3) L’exploitation des pierres précieuses à Ilakaka (une situation déjà anarchique) est tombée depuis dans la main d’un caïd de la HAT (que tout le monde connaît).

(4) Des réseaux de blanchiment d’argent s’opèrent en toute quiétude à Antananarivo même pour faire fonctionner tant bien que mal la machine étatique en contre partie d’une rapine de la richesse nationale dont personne ne soupçonne les conséquences désastreuses qu’elle provoque.

Il suffit de lire attentivement l’interview de ce « Rija Rajoelina » pour comprendre facilement la manière avec laquelle la HAT survit.

HONTEUX !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jonh 18/11/2011 07:03


Rija Rajoelina