vu sur sobika.com

Publié le par Ny Marina

by journaliste menacé @ 25 Jul 2009 08:14 am

TEMOIGNAGES
Source Global Voice :

Histoires de répression dans les médias malgaches
VNR est une jeune journaliste dans l'un des plus grands quotidiens de Madagascar.

Quand j'ai reçu son appel, son numéro était masqué et la première chose qu'elle m'a demandé a été quel était le but de ma venue à Madagascar et de cette prise de contact.

Avec une de ses amies journaliste, elle a accepté de me rencontrer à un carrefour fréquenté d' Anosy, un arrondissement de la capitale Antananarivo, où l'on pourrait décider de l'endroit où nous pourrions discuter librement.

Parler librement n'est clairement pas possible : les deux journalistes ont parlé à voix basse et regardé par-dessus leurs épaules pendant les deux heures qu'a duré la conversation.

Une franche conversation est devenu très difficile de nos jours à Madagascar. Un grand nombre d'arrestations arbitraires ont eu lieu au cours des derniers mois, nombreux sont ceux qui essayent encore d'échapper à une intense chasse aux sorcières dirigé contre les opposants politiques.

Un rapport sur les menaces qui pèsent sur les journalistes à Madagascar a déjà été publié par Reporters Sans Frontières. La crise à Madagascar a peut-être disparu de la une des journaux malgaches.

La cause de cette disparition n'est pas un manque d'événements à signaler mais une répression systématique imposées aux journalistes essayant d'enquêter sur les abus de pouvoir du gouvernement actuel de transition, soutenu par l'armée.

Le blogueur malgache Cyber Observer fait allusion à l'un des problèmes auxquels sont confrontés les journalistes malgaches dans l'exercice de leurs fonctions:

Dans la plupart des pays d'Afrique francophone, les journalistes deviennent des «agents» ou les porte-parole de mouvements politiques ou de partis.

Au cours des quatre dernières semaines (juin-juillet 2009), nous avons parlé à septjournalistes.

La plupart d'entre eux ont seulement accepté de témoigner sous condition d'anonymat sur les enquêtes qu'ils menaient et sur les menaces à leur personne qui ont empêché la publication de ces informations.

Quatre d'entre eux travaillent pour la presse écrite, un pour la radio, un autre pour la télévision et un pour un site d'actualités en ligne.

Cet article est une collection de témoignages sur ce que vivent les journalistes malgaches au quotidien et leurs réflexions sur l'état actuel du journalisme à Madagascar.

by mg slalom @ 25 Jul 2009 05:11 am

partie 1

by nest @ 25 Jul 2009 03:32 am

vous etes tres reflechi nest, je pense que le probleme de Mada également, c'est que le systeme qui a été mis en place n'a pas non plus pris en considération ce qu'est LE MALAGASY. Ce qu'il est exactement:

On dit souvent qu'on est malagasy mais on ne sait pas qui on est, et meme si on le sait, on fuit la réalité parce qu'on a peur de voir en face qui on est vraiment.

Le peuple malagasy est un peuple multiracial, un peuple hétérogene, le peuple est d'origine bantoue, malaise, chinoise, indienne, européenne, et surtout formée de métis de toutes sortes.

la déja il y a une premiere donne fondamentale. L'enseignement depuis l'indépendance n'a pas inculqué aux enfants un enseignement qui tient compte de cette diversité.

L'histoire qu'on a enseigné aux enfants n'était pas enseignée de maniere a ce que les enfants sachent réellement ce qu'est leur pays, on l'a enseigné de facon aléatoire et pire, ca a créé des sentiments de frustrations pour toute la population, en voici quelques unes:

1- les malagasy d'origine bantoue et d'origine malaise se campent sur leur position et rares sont ceux qui se respectent entre eux. Des que ces deux types de malagasy se croisent les yeux, il y a une fuite, un malaise.

2- les malagasy d'origine indienne et chinoise, se sentant rejeté par les malagasy d'origine bantoue et chinoise, ne sont pas intégrées dans la population, seuls ceux qui sont de bonne volonté s'impliquent et essaient de trouver des moyens de vivre ensemble, d'etre citoyen de madagascar tout court.

3- les malagasy d'origine europeenne (les descendants des colons et ceux qui ont pris la nationalité malagasy) tombent également dans la meme situation que les indiens et chinois.

4- lors des débats sur "la vie de la nation" seuls les malagasy d'origine bantoue et malaise discutent, le reste est mis a coté.

5-Seuls les métis de toute sorte (qui deviennent de plus en plus majoritaires heureusement) sont les "passe-partout", capable d'etre a l'écoute de l'un et de l'autre.

by mg slalom @ 25 Jul 2009 05:11 am

partie 2

Les malagasy d'origine bantoue et malaise, pour occulter ce débat au fond, haranguent toujours le fait que ces gens ne sont pas de "vrais" malagasy, ce sont des "apatrides" et qu'en plus ils ne s'integrent pas dans "le mode de vie malagasy", en plus ils ne sont la que pour l'économie, ils se foutent du reste.

Alors que ces gens sont la, grandissent parmi la population.

C'est un autre aspect des problemes sociaux de Mada. Il ne pourrait pas y avoir de stabilité politique a Mada tant que les chances d'enrichissement de toutes les personnes qui vivent a l'intérieur ne sont pas égales.

Il y aura toujours des révolutions.

Il faut que la société malagasy "premiere nation" implique ces gens dans la conférence nationale et les écouter.

Il faut trouver une solution qui soit convenable pour toute la population : 20 000 000 et de toute sortes.

Il est tres naif et bien trop limité de dire que ce ne sont pas des "malagasy" et qu'ils ne sont la que pour leur économie.

C'est le moment de regler tout cela une bonne fois pour toute.

 

by mg slalom @ 25 Jul 2009 05:11 am
partie 2

Les malagasy d'origine bantoue et malaise, pour occulter ce débat au fond, haranguent toujours le fait que ces gens ne sont pas de "vrais" malagasy, ce sont des "apatrides" et qu'en plus ils ne s'integrent pas dans "le mode de vie malagasy", en plus ils ne sont la que pour l'économie, ils se foutent du reste.

Alors que ces gens sont la, grandissent parmi la population.

C'est un autre aspect des problemes sociaux de Mada. Il ne pourrait pas y avoir de stabilité politique a Mada tant que les chances d'enrichissement de toutes les personnes qui vivent a l'intérieur ne sont pas égales.

Il y aura toujours des révolutions.

Il faut que la société malagasy "premiere nation" implique ces gens dans la conférence nationale et les écouter.

Il faut trouver une solution qui soit convenable pour toute la population : 20 000 000 et de toute sortes.

Il est tres naif et bien trop limité de dire que ce ne sont pas des "malagasy" et qu'ils ne sont la que pour leur économie.

C'est le moment de regler tout cela une bonne fois pour toute.

lisez ceci:

http://mgslalom.over-blog.com/8-index.html
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article