Avant dire … sanctions

Publié le par Ny Marina


17-02-2010 à 15:59| Écrit par E.R  I   sur madatimes.com
Pour quitter la scène politique en beauté, et où il crève les yeux désormais chez les putschistes que la lézarde s’est transformée en une brèche sans fonds (dans tous les sens possibles du terme) et énorme, chaque institution, voire chacun à titre perso, ne voit plus que midi à sa porte. Même le premier ministre a choisi son camp, lui qui à sa prise de fonction roulait pour un certain apaisement, donc un certain consensus inclusif, voire neutre, le voilà exécuteur des basses manœuvres en servant de « coursier de luxe » aux ambitions surdimensionnées de certains ; faut croire donc que lui aussi en avait / a. Et pourtant, il ne connaissait pas, ni personnellement ni de relation d’affaires, son désignant de président. Ah la magie du pouvoir !!!
Toujours est-il que l’idée concoctée par eux deux et leurs équipes s’avèrent, pour le moins, vraiment géniale. En fait, en allant à Maputo et par la suite à Addis-Abeba, cette délégation rattrape tout d’abord leur retard de rendez-vous lors de Maputo III. Par la suite, l’arrivée dans la capitale éthiopienne est identique car les autres délégations commençaient par trop à squatter, donc faire grosse pression, l’institution continentale. Pour autant, avec les noms qu’ils proposent, la tâche de listing des sanctions ciblées à effectuer en est grandement facilitée. Cette liste « noire » pourrait donc servir à l’établissement de la définitive qui sortirait dès la décision finale. En annexe.  
Et apparemment, les dernières cartouches sont en train d’être jetées dans la bataille, quand bien même elles revêtent un relent de pétards mouillés dans la mesure où les dissensions et les annonces de mesure de sauvetage sont étalées au grand public. Nouvelle tactique d’échappatoire et / ou Démocratie directe oblige, malgré le désintéressement affiché de la population ? Car de son côté, elle se sent une fois de plus « trompée ». Qui de la hausse des salaires dans le privé en début de semaine, mais qui aussi de la hausse des carburants quelques jours après, avec tous les effets induits s’y rattachant. –de l’illusion de l’augmentation des salaires pour contrer la vie chère, terrain de prédilection de la spirale inflationniste-. Bref, un compte de la Nation totalement bordel, que les tenants « se vendent » à tout prix, à n’importe quel prix, pour espérer continuer à rester au pouvoir.
D’un autre côté, ces sanctions tardant trop à venir pourraient donner des idées, non exclusivité de quelques uns, à des pays tiers de les prendre au nom de tous, plaçant ces derniers devant le fait accompli. Comme le cas de la Suisse depuis hier avec la Libye. En somme, juste retour des pratiques de la HAT envers la communauté internationale, et que celle-ci reçoit un message à peine codé des pays vraiment amis de Madagascar pour qu’elle n’ait plus à tergiverser dans ses décisions / résolutions. Même Françafrique ne sait plus à quel saint se vouer, pour annoncer diplomatiquement qu’elle s’en remet à la sagesse du groupe international de contact ; cherche désespérément nouveau partenaire, si possible à crédibilité mondiale, sinon francophonie plombée aux ailes.     

Commenter cet article