Didier Ravoahangiarison et Lolo Ratsimba- Visite interdite aux journalistes emprisonnés

Publié le par Ny Marina


10-01-2010| Écrit par Naddyah.R  I  sur madatimes.com
« Ma dernière rencontre avec mon mari remonte à hier samedi", se plaint Bakoly l’épouse du Directeur de la Radio Fahazavana qui continue: « aujourd’hui quand nous avions voulu les voir, on nous l’a interdit. » Déclaration vite confirmée par le pasteur Honoré Auguste Ratolojanahary « ray aman-dreny am-panahy de Didier Ravoahangiarison." « Il nous faut une autorisation de la part du doyen des juges », rapporte-t-il. Mais ils n’étaient pas les seuls à rentrer bredouille, les membres du mouvement des religieux ont également voulu les rencontrer hier pour les réconforter et leur remettre les dons réunis au culte de ce samedi, mais en vain.
 
Mise en garde
« Trop c’est trop », scande le réverend Tiana Ranaivoniarivo. « Nous n’accepterons plus d’être traités de la sorte, qu’ils nous mettent tous en prison, cela nous est égal », poursuit-il avec véhémence. Et d’ailleurs la prêche du pasteur a déjà prévenu les chrétiens : « il nous faut nous armer de courage, la persécution contre l’Eglise est bel et bien présente mais il faut se rappeler que Dieu nous protège et si jamais on en meurt, ce sera dans la Gloire. »
 
Déterminée
Un culte en l’honneur de Didier Ravoahangiarison, Lolo Ratsimba et de Jaona Raoly s’est tenu dans l’après-midi, à la FJKM Mandrosoa Ambohijatovo. Cette réunion de prière est une fois encore  une preuve de la détermination des chrétiens à lutter en prière pour sortir la Nation du gouffre. Elle a ainsi vu la présence de l’épouse du Président de la FJKM , le Pasteur Lala Haja Rasendrahasina qui reçoit encore des menaces actuellement. Lors de son allocution, Bakoly Ravoahangiarison et Fifaliana leur fille unique, assistées par la famille de Lolo Ratsimba et de Jaona Raoly ont remercié l’assistance. « C’est notre part de croix, alors nous la porterons jusqu’au bout. Ne nous laissons pas faire car c’est une guerre contre l’esprit du Mal », exhorte-t-elle.

Commenter cet article