Frémissement (suite)

Publié le par Ny Marina

Nous avons appris qui étaient les auteurs des barrages : les marchands informels qui ont de plus en plus envahi la chaussée à tel point qu'en certains endroits comme Behoririka, il n'y avait plus une double voie pour véhicules, mais plutôt une demi voie pour véhicules et une voie et demie pour les informels.
Effectivement, il faut les virer de là. En attendant, depuis le temps on ne les a pas chassés. Sans doute parce qu'il y a eu une menace :" virez nous et vous allez voir notre coup d'état à nous" (je n'invente rien).
Mais que fait donc le fringuant mairede Tana ???
On peut se demander si effectivement il est maire dans ses préoccupations, ou alors il a peu la notion des priorités par rapport à la ville qu'il est censé gérer : ces temps-ci, des pluies aussi fortes que violentes font rage. Cet après-midi, en partant d'Andoharanofotsy, nous avons été surpris par une forte pluie accompagnée de grêles.
La pluie faisant son oeuvre, les rues de la basse ville ont été rapidement submergées par l'élément liquide qui dégringolait en chute libre des hauteurs... de la ville en plus des hauteurs du ciel. Charriant bien évidemment des fatras de choses et d'autres, jusqu'à des moellons. Simple constat sans aller bien loin : le reponsable n'a pas été foutu de prévoir la météo et de faire le nécessaire pour que la ville ne ressemble pas à un vulgaire chantier abandonné par des chercheurs d'or. Dans le même genre aussi d'ailleurs, justement à Tanjombato, on peut voir les types creuser des canaux qui seront je suppose achevés bien en retard alors que la pluie fait déjà rage. Résultat : tous les tas de terre reviennent tout naturellement dans le canal fraichement creusé, entraînant sans doute des plaques de ciment pas sèches puisqu'au moment où cela se passait, les premières gouttes annonciateurs d'un déluge tombaient sur le pare-brise de mon taxi.

Oui il y a un frémissement quelque part, et quand un certain nombre de choses vont se rejoindre, alors ce sera un grondement, et puis ensuite ...

Commenter cet article