HAT vs Protestants : c'est grave ?

Publié le par Ny Marina

sur sobika.com
La religion à Madagascar a toujours été utilisée à des fins politiques et nombreux sont les hommes politiques à venir du sérail religieux. Cette confusion entre le sacré et la politique n’a pas toujours fait que du bien au pays, loin s’en faut. Aujourd’hui , avec la crise, une étape a été franchie en instituant dans l’esprit de l’opinion publique une couleur politique en fonction de la religion pratiquée. Ainsi, les catholiques sont assimilés à des pro hat, eu égard au soutien de Mgr Odon Razanakolona à la révolution Orange par exemple ou de la proximité de Père Pedro avec le régime de Andry Rajoelina, qui est catholique, plutôt que pour celui de Marc Ravalomanana qui est protestant. Les Protestants, sont eux assimilés à des Pro Ravalomanana, eu égard a la position de l’ancien chef d’Etat comme vice président de la Fjkm, mais aussi au Pasteur Lala Rasendrahasina qui fut la cible de la Hat à un moment chaud de la crise. Le culte d’Antsahamanitra de ce dimanche organisé par la Fjkm, a été assimilé à un culte des légalistes, que certains leaders comme Ambroise Ravonison ( Mouvance Légaliste ) ont appelé à soutenir. Enfin l’arrestation du directeur de la Radio Fahazavana, radio de la Fjkm et de l’un de ses journalistes ne fait qu’accroître cet antagonisme avec en filigrane les menaces sur la Liberté de la presse et la Liberté d’expression. Alors, la société malagasy est elle donc à la fois dans une crise politique mais aussi religieuse entre protestants et catholiques malgaches ? La HAT pro catholique d’un coté et les Légalistes, pro protestants de l’autre ? Il n’y a pas de fumée sans feu, et il ne faut pas négliger cette tension naissante entre les deux confessions, à Tana dûs aux tous récents évènements, mais il ne faut pas non plus attiser un feu qui n’en est pas (encore) un. Au quotidien, bien des catholiques réfutent la HAT et au quotidien, bien des protestants ne soutiennent pas forcément les Légalistes…Cette opposition ne devrait pas exister si les malgaches refusaient qu’on mêle la Religion à la Politique et si la Religion arrêtait de faire de la politique. Ne pas voter par principe pour des candidats qui usent et abusent de la Religion serait un progrès des mentalités. Mais le vrai progrès politique évident serait d’avoir un homme politique qui baliserait de manière claire la frontière entre la prière et la politique, bref quelqu’un qui aurait la foi sans en pervertir son usage.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article