Jamais deux sans trois

Publié le par Ny Marina

sur madatimes.com
28-12-2009| Écrit par R.C.
Une fraction de l’armée est entrée en « rébellion » au petit matin de lundi. Un de leur porte-parole, ayant choisi le site du régiment d’appui et de soutien (R.A.S.) entouré de nombreux de ses compagnons d’armes, a signalé l’existence de militaires qui n’acceptent pas la situation actuelle. Ils appellent aussi les chefs de corps de la place d’armes d’Antananarivo à les rejoindre. Le principal motif de cette « Révolution » : l’application des accords de Maputo et de la Charte de la Transition. Un thème hautement politique qui, visiblement, divise l’armée en dépit des dénégations des militaires putschistes.

Coup d’éclat
En moins d’un mois, il s’agit du deuxième coup d’éclat des militaires. Autrement dit, les casernes grouillent de bruits de botte contrairement aux apparences. « Jamais deux sans trois », dit d’ailleurs le proverbe. Ainsi, les chefs des milices gouvernementales ne se font plus respecter quand ils affirment à tout bout de champ qu’ils sont les seuls détenteurs autorisés de la « parole militaire. » Comment pourrait- il en être autrement quand eux- mêmes se trouvent en totale illégalité.
En somme, il faut s’attendre à tout dans les prochains jours, les prochaines semaines, les prochains mois.

Commenter cet article