L'édito de sobika.com

Publié le par Ny Marina

Addis Abeba : Kadhaffi en arbitre ?


Bien malin qui pourra prédire l’issue de la réunion d’Addis Abeba le 2 novembre prochain. Les principaux protagonistes ne sont plus certains de leurs forces pour ce dernier round . La mouvance HAT est mise à mal par l’épisode « Monja Roindefo ». Si l’unanimité est de mise du coté du gouvernement, elle l’est moins du coté des Forces du Changement, cette plateforme qui regroupe les partis pro hat. La scission est consommée entre les partisans de Monja Roindefo et les partisans de Andry Rajoelina. Cette guerre intestine a mis en exergue les difficultés que rencontrent Andry Rajoelina a imposé son autorité et a fragilisé son image de leader. Sans oublier que cette autorité, est elle-même contestée par Marc Ravalomanana qui ne manquera pas de le souligner lors de la réunion des 4 chefs de mouvance. Pour autant, Marc Ravalomanana ne semble pas en mesure d’imposer ses choix sauf s’il bénéficie du soutient non volontaire mais implicite de Didier Ratsiraka lequel a fait annoncé par sa mouvance hier, que la nomination de Managalaza pour être validée, devait passer par la signature des 4 chefs de file. Une manière de dire que rien n’est joué et que ce qu’il a fait, Ratsiraka peut le défaire. Ceux qui ressortiront gagnants de cette rencontre sont ceux qui viendront avec un schéma pré établi ayant le soutient d’au moins deux mouvances.
Une fois ce schéma présenté, des tractations auront lieu pour obtenir l’adhésion d’une troisième mouvance. Si 3 mouvances sur 4 s’accordent, le schéma sera validé cette fois ci par une reconnaissance ferme de la communauté internationale. Il se dit que le président de l’Union Africaine, Kadhaffi pourrait être présent personnellement sur les lieux et tranchera sur la sortie de crise. On connaît le caractère du personnage : ce qu’il dit n’est jamais remis en cause à l’ Union Africaine. Il pourrait donc être celui qui va trancher dans le vif…mais pour qui ? Mais pour....bien sûr !

Commenter cet article