La mouvance Ravalomanana résiste aux forcing de la France

Publié le par Ny Marina

La mouvance Ravalomanana résiste aux forcing de la France

Submitted by fanovana on Jeudi, 8 octobre 20092 Comments

Alors que la mouvance Ravalomanana se prononce et refuse totalement l’arrivée des putschistes au pouvoir même pendant la transition, le Groupe International de Contact FORCE la finalisation d’un accord mettant Andry Rajoelina comme président.

L’annonce soit disant « officiel » fait prématurément par le GIC n’est qu’une proposition émise par deux mouvances Zafy et Rajoelina. On ne peut pas parler aujourd’hui d’accord consensuel et inclusif tant que le président Ravalomanana, chef de file de la mouvance Ravalomanana n’a pas signé.

Ainsi 20 millions de Malagasy ont pu assister en direct aux effets néfastes de la désinformation, désignée par les spécialistes comme étant le « médiamensonge ».

Cette intoxication médiatique risque d’accélérer la discréditation du GIC qui n’hésite pas à renier et bafouer en premier les accords de Maputo concernant la neutralité de la présidence de la Transition.
Nous attirons l’attention de la Communauté Internationale que le Président élu Marc Ravalomanana est le seul à avoir une légitimité politique dans ces discussions. Ni Ratsiraka ni Zafy et encore moins Andry Rajoelina ne peuvent représenter le peuple Malagasy.

Le peuple Malagasy n’est pas dupe des manigances de la France et nous demandons instamment que la France n’assiste plus à toute séance de négociation et respecte expressément les accords de Maputo pour une paix durable à Madagascar.

 

paru sur pimaso.info

Commenter cet article

rafalox 15/10/2009 07:46


La France,et spécialemant Sarkozy le Hongrois prosélyte, rêve de restaurer l'Empire colonial français.
Pour lui la Francophonie n'est qu'un diverticule de la FrançAfrique.
Madagasacr est un terrain d'eqssai pour cette nouvelle Restauration
Aukourd'hui , Sarkozy est:
Président de la République malgache ,
tandis que
Chataigner en est la Gouverneur général,
Andry Rajoelina, le gouverneur de l'administration indigène
et
Mangalaza, le chef de canton chargé de collecter l'impôt de capitation.

Sarkozy est aidé dans sa tâche par un grand"progressiste" Philippe de Villiers, "l'agité du Bocage" comme le nomme "CANARD ENCHAINE"l.