ON CHERCHE UN HOMME !!!

Publié le par Ny Marina

La crise s’éternise et les Malgaches, appauvris et exsangues, cherchent avec désespoir l’homme d’Etat qui pourrait les sortir de ce cercle vicieux et de cet enlisement suicidaire.

Tous les vieux crocodiles, responsables de cette chute vers l’abîme, jouent les utilités et occupent sans vergogne l’espace médiatique, tandis que de jeunes loups, aux dents longues, se gobergent en bradant les richesses nationales.

Et tous les jours, en s’éveillant, le Malgache lambda reprend, sans doute, dans son …DESESPOIR

Ces paroles d’Electre de l’oeuvre de Giraudoux : « Comment cela s’appelle t-il, quand le jour se lève, comme aujourd’hui, et que tout est gâché… que tout est saccagé … »

Oui tout est aujourd’hui saccagé : forêts de bois précieux rasés et vendus à l’encan, fonds publics détournés pour le luxe ostentatoire des « princes qui nous gouvernent », insécurité tous azimuts et apparition de chefs de guerre brigands et bien en Cour...

Tout est en place pour une catastrophe à la somalienne ou à la rwandaise.

Et pourtant 2002 avait bien commencé !

Pour la première fois, les électeurs ont, à l’exception du faritany de Toliary, transcendé leur « clocher régionaliste » et voté pour un « allogène ».

ILS ONT VOTE EN CITOYENS !!! 

Cette amorce de citoyenneté, de prise de conscience, destructrice de tous les schémas établis de toute éternité, ne pouvait être tolérée et la Réaction, aidée par des nostalgiques, n’a pas tardé à organiser sa riposte. L’homme-lige, traître des comédies de boulevard, ayant prématurément rejoint un monde dit meilleur, il a fallu jeter le dévolu sur un professionnel des cabarets qui avait l’avantage d’être de la même ethnie que l’élu du peuple.

Tout allait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes puisqu’on faisait d’une pierre deux coups : battre la mauvaise tête qui dirigeait le pays ET réactualiser les rivalités tribales. Le Coup semblait imparable avec ces indigènes amnésiques et vite résignés !!!

Le désenchantement fut rapide et le magnifique complot revint comme un boomerang à la figure de son concepteur qui ne sait plus comment se dépêtrer de sa toile d’araignée.

— …CELA S’APPELLE L’AURORE,

fut la réponse du vieillard, réponse que nous prenons à notre compte.

Nul, il faut le reconnaître, ne s’attendait au refus, absolu et durable des Malgaches, de cette combinaison et, pour la première fois, ce Peuple a franchi la distance qui sépare le citoyen du sujet.

LA CRISE, MALGRÉ LES SACRIFICES ENDURÉS PAR LES FOYERS LES AUTOCHTONES, A ÉTÉ ACCOUCHEUSE D’UNE prise de conscience NATIONALE et marque le début de la fin d’une arrogance dominatrice.

Nous voyons naître une citoyenneté, la parturition sera longue et difficile mais tous les espoirs ont permis car nos compatriotes sont aujourd’hui CONSCIENTISÉS.

 

ET MAINTENANT ?

C’est aujourd’hui indéniable : les manœuvres de bas étage, les élucubrations et manigances ont échoué ! L’heure est venue de raison garder, de faire table rase du passé et de recourir au service d’un homme de bonne volonté, à la carrière bien remplie tant au plan national qu’au plan international.

Raymond Ranjeva, quelque temps éloigné des manœuvres et mesquineries locales, accepte de se dévouer pour sortir sa Patrie de cette ornière mortifère.

Notre Patrie est en péril de mort, ne laissons pas passer cette occasion.

                        D. TSIKIVY

Commenter cet article