Presse malgache- Une solidarité a construire

Publié le par Ny Marina


12-01-2010| Écrit par Naddyah.R I   sur madatimes.com
A 11 h ce mardi, Jaona Raoly, le chroniqueur de la radio Fahazavana, sort du palais de justice, encadré par ses deux avocats. Maître Rolland Stephenson Ranarivony fait une brève déclaration à la presse : « mon client sera assigné comme témoin dans cette affaire. Désormais, il comparaîtra devant les juges en tant que témoin au cours des enquêtes au fond effectuées sur deux de ses collègues. » La lutte est provisoirement terminée pour Jaona Raoly « son témoignage sera  crucial pour Didier Ravoahangiarison et Lolo Ratsimba. »

 

Journalistes insensibles
Cet « abandon de charges » envers Jaona Raoly est une grande victoire pour les membres de la presse malgache venus au palais de Justice dans la matinée de ce mardi. En effet, une vingtaine de journalistes sensibles aux problèmes liés à la liberté d’expression à Madagascar sont venus soutenir Jaona Raoly. Entre temps,  ils ont manifesté leur mécontentement par le biais d’un sit-in devant ledit palais avec la bouche bâillonnée par un foulard blanc et noir entaché d’une croix rouge scandant sur les papiers chemises en jaune et bleu leurs revendications. Les photographes ont enveloppé leur appareil d’un bandeau blanc.
Ils étaient certes peu nombreux à avoir répondu à l’appel de leur collègue la veille, mais les présents ont été satisfaits de leur deuxième action.  Il faut rappeler que le premier acte des journalistes a été marqué par la rencontre avec le ministre de la justice et le secrétaire général de la communication au sein du gouvernement de fait. L’on déplore seulement le manque de solidarité entre journalistes.
 
Les religieux en diapason avec la manifestation
« Nous sommes avec vous journalistes car nous luttons pour une même cause : la liberté. » C’est une déclaration des religieux lors de leur point de presse dans l’après-midi. Devant les rumeurs concernant « un mandat d’arrêt » à leur endroit ils répondent « que ce ne sont jusqu’ici que des insinuations ; mais quand même nous n’avons pas peur », fait savoir le pasteur Ranaivoniarivo Tiana. Le berger Roger Randriamorasata a aussi admis sur le fait qu’ « il y a bel et bien une divergence d’opinions au sein de la FJKM » en faisant référence aux religieux qui ont dirigé la récente cérémonie à Iavoloha avec le fat « mais cela ne conduira jamais à notre division », répète-t-il. Ces derniers ont évidemment rappelé leur principale motivation qui est « d’instaurer un climat de paix et de prospérité au sein de notre pays ».

Commenter cet article