sans commentaire

Publié le par Ny Marina

Envoyé le : Mar 23 novembre 2010, 23h 09min 03s
Objet : Lecture du 23 Novembre 2010 : De la perquisition et l'audition de Raymond Ranjeva

...en plus de sa fille Riana qui a été placée en garde à vue , ....sorte d'otage retenu pour faire pression sur son père?

Le professeur Raymond Ranjeva a-t-il outrepassé son rôle de citoyen engagé pour son pays, en assumant son devoir de citoyen soucieux du devenir de son pays,  dans le cadre de l'exercice des libertés fondamentales ?

Par ailleurs, mais toujours aussi triste (le mot est faible) :  Sahondra Rabenarivo se voit "surprisingly" accusée hier de faire partie de comploteurs avec les 2 Présidents  et M. Raymond Ranjeva, dans un quotidien, bien sûr acquis à la HAT (la Vérité, ...ça ne s'invente pas ça). L'auteur, directeur de publication, est aussi Conseiller de M. le Président de la HAT. SR a fait un droit de réponse qui devrait être publié sous 3 jours, selon l'art 19 de la loi 90-031 sur la communication. Réponse rapide ce jour du directeur qui n'en démord pas de ses allégations et qui va publier la lettre de SR...

Même question pour SR comme pour le professeur Ranjeva .

HAT : toujours plus bas, toujours plus bas....ici dans la culture démocratique...ailleurs dans la grande corruption...tous les jours dans l'indifférence (absence totale de  compassion) sur  la situation de la population.

VANF s'indigne à sa manière ci-dessous




2010/11/23 VANF <vanfnasolovaliavo@yahoo.com>

CHRONIQUE DE VANF

Nous

 

Il y a des choses qui ne se font pas. Raymond Ranjeva n'est pas n'importe qui. Pas dans le sens de son agrégation en droit, ni de son ancien poste à la Cour Internationale de Justice, mais parce qu'une frange de notre société peut se reconnaître en lui. Sans avoir jamais été élu, il est représentatif. Notion bien difficile à comprendre si on verrouille le raisonnement sur la démocratie représentative, sa démarche électorale et son critère majoritaire. S'en prendre aussi bêtement à Raymond Ranjeva, c'est s'aliéner cette composante de la société merina et malgache.

 

Raymond Ranjeva est un Andriana, proche de l'ancienne famille royale. Ceux qui feignent de s'offusquer de cette manifestation identitaire sont ceux-là mêmes qui accourent sur les bords de la Matitana espérer le "tso-drano" du roi des Anteony, en pays Antemoro. Là-bas, sanctuaire vivant de ce que notre société comporte encore de féodal, on parle sans complexe des origines et de la naissance. Ici, dans nos villes, à la Capitale surtout, on en fait un interdit dans la parole quand tous les faits et gestes trahissent une société à strates.

 

Raymond Ranjeva est un "sachant", qualité rare en ces temps qui voient le triomphe immodeste d'autodidactes sans culture générale, fruits d'un star-system qui nivelle par le bas de l'Entertainment la culture pluriséculaire du mérite par le savoir. L'intelligentsia ne doit pas avoir honte de savoir parce que les cancres se seraient emparés des médias.

 

Le professeur Raymond Ranjeva rehausserait un pavillon que nous arborons bien bas, surtout sur la scène internationale, depuis l'avènement des self-made-men. Je suis de ceux qui préfèrent que le reste du monde s'ennuie de l'étalage encyclopédique de mon Président plutôt que de le voir s'apitoyer de son ignorance crasse.

 

Si cette Chronique devait avoir une ultime légitimité sociale, ce serait celui d'un choix à faire. La supériorité morale qui refuse et condamne la délation institutionnalisée, la détention arbitraire, le terrorisme journalistique. Raymond Ranjeva est de ma famille, protestation d'amitié qui prend toute sa signification en ces temps qui voient se marchander la loyauté, se négocier les principes, s'adjuger au plus offrant les valeurs.

 

Raymond Ranjeva est un profil. Celui en qui nous nous identifierions volontiers. L'antidote à cette parenthèse de la médiocrité ouverte quelque part en 2002 et continuée en 2009. Parenthèse honteuse que les "sachants", ceux qui écrivent encore les livres d'histoire, s'emploieront à effacer de la mémoire collective.

 

 

Commenter cet article