vu sur http://njnb.wordpress.com/

Publié le par Ny Marina

communism

Sous ses airs nonchalants, codant amoureusement sous THB PHP, le père elman n’en reste pas moins, à travers ces éditos, un des (rares) intellectuels malgache de notre époque

Son dernier éditorial “Et si Andry Rajoelina avait raison ?” suscite une telle réflexion qu’un simple commentaire de ma part ne suffirait pas…il me font pondre un article, c’est celui que vous lisez actuellement si vous n’aviez pas suivi.

Elman se sobikaïse et lance le buzz en proposant ni plus ni moins qu’une remise en question du “système”. Le système…quel système ? Le système des “bailleurs de fonds”, de “l’aide conditionnée”, qui sont, il est vrai une forme d’emprise des puissances étrangères sur notre souveraineté nationale, pour ne pas dire une forme de colonisation.

Théoriquement, ce serait le père Rajoelina qui incarnerait cette remise en question du système. Est-ce vraiment le cas ?

En clair, Andry Rajoelina malgré ses discours mieleux veut-t-il vraiment la souveraineté nationale ? La réponse est clairement NON.

Le sieur Rajoelina souhaite aller vers “d’autres sources de financement” non pas par souhait mais par obligation, les bailleurs traditionnels lui fermant les robinets s’il ne se soumettait pas à leur “diktat”.

Ce n’est donc pas un choix guidé par une idéologie mais un simple calcul pour se sortir de l’embarras, une improvisation quoi.

Si prévoir c’est gouverner, improviser au jour le jour…c’est quoi ?

“Qu’est-ce qu’on va bien pouvoir inventer aujourd’hui ?”

C’est la question que doivent se poser tous les matins les membres de la HAT et ce, depuis bientôt neuf (9) mois étant donné que le plan de départ a échoué. Le plan de départ ?

Ah oui, il faut que je vous explique le “plan de départ”. Le but était de faire un remix de 2002 : soulèvement populaire, prise des ministères, fuite dans les rizières. Mais ça ne s’est pas passé comme ça.

Les émeutes ont débordé puis ont été contrôlés par les forces gouvernementales, les ministères ont été repris et le Roi Huit a pu rassembler son vahoaka pour bien montrer que ce n’était pas un soulèvement général mais seulement une minorité.

Ca coincait, il fallait aller plus loin, c’est pourquoi on a improvisé et provoqué le…7 février.

Au début, l’impact était là mais encore et toujours ça coincait….on invente une autre improvisation : coup d’Etat armé le 17 Mars. Pour se résoudre à cette solution, l’équipe Rajoelienne devait clairement être aux abois puisque l’idéal dans un coup d’Etat…C’est qu’on ne se rende pas compte qu’il s’agisse d’un coup d’Etat. Or, quand y va à coups de roquettes du Capsat…on a du mal à cacher les bris de verre sous le paillasson.

Malgré tout, on tripatouille les ordonnances, on magouille avec la HCC et on essaie de faire avaler la couleuvre sur cette fameuse “transmission de pouvoir” et le fait “qu’il n’y a pas eu coup d’Etat”.

C’est trop tard. La communauté internationale ne peut plus feindre l’innocence, la HAT a été prise “en flag”, on lui propose une porte de sortie à travers Bruxelles où ils se sont plantés car tripatouillage et impro’ et Maputo qu’on a pas respecté.

Ainsi, il apparait évident que l’équipe de Rajoelina ne “conduit” (fitondrana) pas le pays selon leurs choix, leur volonté…mais par élimination, par résignation…au jour le jour et au pifomètre tant que la constante “DJ et ses potes, rester au pouvoir” est tenue.

En résumé, Andry Rajoelina n’a pas raison…car il en est dépourvu. Il ignore complètement les conséquences de ses actes et pour ainsi dire s’en fiche complètement.

Bien sûr qu’on peut se passer des bailleurs, bien sûr qu’on peut se passer de la communauté internationale…mais pour ça il faut avoir planifié, préparé, s’être assuré que les ressources matérielles et humaines soient disponibles, anticiper les imprévus possible….avoir une rigueur méthodique quoi.

Mais…quand on voit la façon avec laquelle ils ont pris le pouvoir et “conduisent” le pays,  comme moi, vous mettrez en doute cette “rigeur”.

La souveraineté nationale c’est bien mais il faut aussi apprendre à ne pas péter plus haut que son cul. Un pays classé 143ème sur 172 en terme d’IDH peut-il claquer la porte aux Institutions de Bretton Woods et au G8 du jour au lendemain ? Cela m’étonnerait. Pourquoi ?

Parce que le “système” est justement conçu pour “broyer” les récalcitrants. Si Rajoelina continue sur sa lancée voici ce qu’il va se passer et sans jouer les cassandre :

- Le pays ne pourra plus faire face à ses obligations financières et Bretton Woods va enfoncer le couteau dans la plaie :  la note chez COFACE va plonger en flèche…comment faire des affaires et trouver des financements quand on est considéré comme “non bancable” ?

- Faute de financements, il y aura pénurie de devises car ceux qui exportent prennent bien soin de laisser leurs devises à l’étranger. Compte tenu du fait qu’on est ultra dépendant aux importations, les prix vont flamber et bye bye le (maigre) pouvoir d’achat. C’est pas grave pour vous mais moi je me rappelle qu’à une certaine époque on ne trouvait pas de pièces pour les voitures, les tracteurs, on avait une pénurie de médicaments, de carburants => toute l’économie sera paralysée ou au ralenti

- A part les mafieux, peu de gens investiront à Madagascar, et ceux qui y sont déjà vont certainement partir (ex : fin AGOA).

- On pourrait augmenter les impôts c’est vrai mais une monnaie de singe reste une monnaie de singe… et personnellement si moi je rechigne à ce qu’on me prenne 25% de mon salaire pour financer le Glande Cruiser de ces messieurs de la HAT, essayez d’imaginer la “population active” du pays. Après tout, Tsiranana ne s’est-t-il pas fait éjecter parce qu’il a voulu lever un impôt sur les paysans ?

En définitive, en ne respectant pas les Accords de Maputo, non seulement Andry Rajoelina nous (et quand je dis nous, je parle de Madagascar) fait revenir à la case départ du 17 Mars mais également…en 1972, à la révolution communiste.

Fermeture du pays, investissement zéro, pénuries à gogo, nationalisations pour les apparatchiks…ouep à ce rythme on risque de revenir à l’ère Communiste dont on s’est extirpé.

Pas d’investissement a dit le père Benja, No Problemo !

Si je vous dis qu’on a rien investi dans JIRAMA dans la production d’énergie depuis les années 70 justement et que c’est à cause de ça qu’aujourd’hui l’électricité est si chère et qu’on a des délestages ? HaHa, no problemo mon cul ouais.

“Les décisions d’aujourd’hui auront de lourdes conséquences pour le lendemain”…mais bon on s’en fout car demain, ces messieurs ne seront plus là. Mais moi, mais vous ? Vous vous êtes vous penchés sur la question ?

Off course, on ne ressent pas forcément les effets positifs des financements extérieurs, par contre quand ton essence va passer de 2700 Ar à 5000 Ar, ta seconde de communication à 60 Ar TTC, tu sentiras les effets “négatifs” de cette absence de financement. (voir photo de l’édito d’elman).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article