Rinah Rakotomanga expulsée de l’Ambassade de Madagascar à Paris

Publié le par Ny Marina

20 mai 2009
Rinah Rakotomanga non reconnue à Paris

Rinah Rakotomanga non reconnue à Paris

 

Après la déconvenue du ministre des Affaires étrangères de la HAT, Ny Hasina Andriamanjato, lors de sa visite de l’Ambassade de Madagascar à Paris, la HAT a envoyé cette fois-ci Rinah Rakotomanga, une proche de Tantely Andrianarivo et de Monja Roindefo en tant que conseillère.

Cette dernière espérait qu’il suffirait simplement d’être accompagné de 3 gardes du corps pour prendre possession d’une ambassade fortement acquise au président Marc Ravalomanana. C’était sans connaître les éléments de la diaspora malgache, parmi lesquels des membres du collectif « Gasy Tia Tanindrazana » (GTT).

Mardi, les éléments du GTT sont venus nombreux à l’ambassade pour la « déloger ». « Nous avons expulsé manu militari cette dame des lieux, les gardes du corps n’ont rien pu faire face au nombre élevé des membres du GTT. De plus, le portrait du président qu’elle avait enlevé, a été remis à sa place », explique un membre du collectif.

Non reconnue

Après d’âpres discussions avec les légalistes, elle est sortie de l’enceinte de l’Ambassade en appelant les forces de l’ordre. Comme lors de la tentative d’introduction dans le foyer malgache d’Arago, les policiers ont dû constater qu’elle est mandatée par un gouvernement illégal, que la France et les instances internationales ont qualifié de gouvernement issu d’un coup d’État. Elle a alors dû quitter les lieux.


« Plus tard, à la fermeture des bureaux, elle est revenue avec une demi-douzaine de gros bras, qui se proclamait membre du CRN de Zafy Albert. Aucun incident n’a été constaté, la France est un état de droit. Les légalistes veillaient, » poursuit-il

Pour montrer leur soutien au GTT et montrer leur désaccord à la HAT, tous les employés de l’ambassade ont décidé de faire une grève ce 20 mai toute la journée.

Contrôle à l’Ambassade

Dorénavant, l’ambassade aidée par les éléments du GTT a annoncé qu’elle intensifiera les contrôles à l’entrée de ses portes. Un interphone sera mis en service et toutes les personnes devront sonner et s’identifier avant de rentrer. Ce système serait prévu pour éviter l’entrée des membres de la HAT.

Les membres de la HAT ont également d’autres soucis à se faire, car au-delà des actions sur le terrain, le GTT possède aussi son pôle juridique, qui d’après son fondateur, s’attèle activement à les traduire en justice. Le GTT étudie entre autres la possibilité de signaler aux juges français du pôle financier de Paris les récentes acquisitions présumées en patrimoine d’un ministre de la HAT.

Commenter cet article